C’est vrai qu’il y a des phrases qui marquent.

J’étais au primaire, en deuxième ou troisième année, ce qui me donnait environ 7 ans.

Durant les cours d’éducation physique, le professeur donnait toujours un petit 10 minutes de théorie où il nous montrait sur un faux squelette les différents os de notre corps. Il nous apprenait quel muscle l’activité du jour allait solliciter et nous posait des questions sur la théorie du dernier cours pour voir ce que l’on en avait retenu.

À un moment donné, la théorie a porté sur la masse graisseuse et l’IMC ainsi que d’autres beaux concepts moralisateurs.

Il a fait venir deux enfants en avant de la classe, une petite fille menue et moi, la petite potelée.

Il voulait montrer la différence entre la peau et la graisse. ~Oui je sais, dit comme ça c’est vraiment choquant~

Il nous a chacune pincé un bras (pas pincé fort là) pour montrer que le gras prend plus de place et que c’est plus épais entre les doigts.

Je suis certaine que ça ne partait pas d’une mauvaise intention. Je l’adorais ce professeur.

Il était drôle et vraiment gentil, mais cette fois-là, à mes yeux il l’a solidement échappé.

Je ne sais pas si je peux appeler ça de la chance, ou bien si les enfants de 7 ans ne sont pas encore de petits tortionnaires en puissance, mais je ne me suis pas fait écœurer whatsoever après cet épisode. Mais ça te reste dans la tête quand même. S’il y avait fallu qu’un p’tit gars ou une petite fille commence à me taquiner là-dessus, ça aurait beaucoup affecté ma confiance en moi.

Aujourd’hui, y’a probablement aucune partie de mon corps que je peux pincer et voir qu’il n’y a pas de gras en dessous à part peut-être mes paupières.

Je sais c’est pas une phrase du genre :

«Et mais t’as dont bien engraissé!»

«Hey la grosse!»

«T’es tellement grosse pis en plus t’as un manteau jaune pisse, c’est clair qu’on te manquera pas!»

Mais hier soir quand j’ai réfléchis à des paroles qui m’ont jadis blessée, c’est la première affaire qui m’est venue en tête. Ce n’était pas proprement une insulte. C’était l’explication d’un concept théorique.

Pis crois-moi, il m’a rentré dans la tête ce concept.

Ce billet a été écrit dans le cadre de la semaine «Le poids ? Sans commentaire !» initiée par l’organisme Équilibre, du 7 au 11 novembre 2016. 

fb_cover1182x439px1

Cynthia Simard Poirier

Cynthia Simard Poirier

Blogueuse

Cynthia est une jeune femme œuvrant dans le domaine environnemental. Elle est le genre de fille un peu dingo prête à sa taper un BACC en chimie juste pour se prouver qu’elle en est capable. Elle parle souvent de son chat et vendrait son âme pour du Gelato au caramel fleur de sel. Ou du popcorn. Ou des cornichons frits.

Ses vêtements de prédilection sont les pyjamas, mais des fois elle est féminine et porte de beaux vêtements. Elle deal quotidiennement avec le fait que ses émotions sont le reflet de son environnement. Elle se rend tranquillement compte que plus elle gagne en âge, plus elle est à l’aise dans son corps pro du yoyo. 

Instigatrice du blogue La fille cynique, elle souhaite que les humains s’acceptent tel qu’ils sont et que l’image qu’ils voient d’eux-mêmes dans le miroir en soit une de positive.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tu veux avoir accès à du contenu exclusif?

Joins-toi à mon équipe et moi!

You have Successfully Subscribed!