J’entends souvent les femmes dire qu’elles ont pris du poids et conséquemment, elles ne savent plus comment s’aimer. 

Perte de poids et estime de soi, reliés?

Je dis souvent dans mes entrevues que la perte de poids et l’estime de soi ne doivent jamais être reliés. Un corps, ça change au gré des événements que l’on vit. C’est indéniable. Et ça ne change pas toujours de la façon qu’on aimerait (ou que la société aimerait?).

Quand une personne apprend à s’aimer parce qu’elle a perdu du poids, comment peut-être s’aimer lorsqu’elle en a pris? Difficile. C’est à ce moment qu’on commence à s’aimer moins. Parce qu’on a appris que le chiffre qu’on voit apparaitre sur la balance doit aussi représenter l’estime qu’on a de soi.

L’équation : poids sur la balance < estime de soi.

Ils sont inversement reliés. On a été programmé à penser que plus on est gros, moins on vaut. Être mince, c’est synonyme d’effort et discipline. Si on est gros, on est lâche et faible. Comment peut-on aimer un lâche? 

On a appris que l’amour de soit ça se mérite à coup de va-et-vient sur un épileptique.

À vrai dire, dès que l’on commence s’aimer par rapport à un chiffre, c’est là qu’il y a un problème. Pourquoi?

Le poids varie, c’est humain

Parce que le poids varie invraisemblablement dans le temps. On en perd, on en prend, des fois on reste stable. On vit du stress, vient d’accoucher, arrive de vacances. C’est humain, juste humain. Et si on s’estime plus ou s’estime moins à cause d’un chiffre, notre confiance en soi joue au yo-yo au gré des changements de notre corps.

Notre confiance en soi devrait plutôt reposer sur qui on est et non sur notre image corporelle.

Ces femmes qui me disent qu’elles ne savent plus comment s’aimer parce qu’elles ont pris du poids, la raison est bien simple : elles ont basé leur estime sur leur apparence. 

Attention, je ne promeus pas ici l’obésité, mais bien l’estime de soi. L’amour qu’on se porte doit être intrinsèque et ne pas changer. Peu importe de quoi on a l’air, on sait ce que l’on vaut et qui on est. Et ça ne changera pas au gré des chiffres qu’une machine nous montre.

Quand on s’estime, on veut bouger pour se faire du bien, bien manger parce qu’on s’aime. Il n’y a pas un poids à atteindre, mais un bien-être à rechercher. 

Et le bien-être, comment on fait pour l’obtenir si ce n’est que par la perte de poids? Il demande une connaissance de soi.

S’aimer, c’est s’accorder des moments, participer à une activité qu’on aime. C’est aller bien au-delà du reflet qu’on a dans le miroir et se dire : «Ouin, pis? Je suis fine, drôle et charmante». Aimez-vous ici et maintenant, vous verrez. Ça fait du bien. 

 

Joelleavantapres

Moi en 2012 et 2016.

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tu veux avoir accès à du contenu exclusif?

Joins-toi à mon équipe et moi!

You have Successfully Subscribed!