On l’entend beaucoup dans les médias ces temps-ci. Le terme taille+ trouve sa controverse partout où il passe. Même que, dernièrement, ASOS s’est mis dans l’eau chaude en publiant sur Instagram une photo d’un mannequin taille+ pas trop taille+.

asosintagram

En moins de deux, la toile s’est enflammée. Tous se proclamaient maitre de la définition taille+ (de toute évidence loin de celle que défend ASOS).

Les femmes rondes en ont assez. L’industrie choisit des mannequins trop mince pour les représenter.

C’est quoi au juste, être plus size ?

Dans le domaine de la mode, les vêtements taille+ commencent à partir de 14 ans. Certains détaillants vont aussi inclure la grandeur 12. Même que pour la haute couture, le taille+ commence à la taille 8.

Oui, c’est à y perdre la tête

Au delà de la définition plus mathématique du terme, une femme peut elle-même se considérer taille+ ou «hors normes» sans posséder les mensurations dudit taille+ créées au fil du temps par l’industrie.

En d’autres mots, les diktats de beauté ont amené les femmes à se sentir ronde sans physiquement l’être, se comparant sans cesse à ces modèles taille+ de plus en plus mince.

Être ou ne pas être taille+ ?

Ceux qui se chicanent à définir le terme taille+ perdent leur temps. S’attarder à définir quelque chose qui dépend d’un contexte, d’une corporation, d’une culture ou même de soi-même, c’est à s’y perdre.

En voulant créer une boite pour chaque gabarit de corps, on définit les modèles qui les représentent, donne un visage à la beauté, puis créé une norme à atteindre.

La mode n’est pas une entité externe à nous, mais nous sommes la mode. Nous faisons partis de celle-ci. Tout comme nous choisissons les modèles à qui on veut s’identifier.

Être son propre modèle

Dans cette foulée de contradictions, j’ai décidé de me comparer à moi-même, être mon propre modèle de beauté. Je ne peux comparer mon physique à personne. Mon corps d’aujourd’hui a une histoire, représente le parcours que j’ai mené à travers les diètes, puis mon combat contre ces dernières. Il représente une génétique, un amour pour le chocolat, les sorties entre amis, puis la joie d’être affranchie des calories.

Mon corps d’aujourd’hui est comme le trophée que j’ai remporté après une victoire sur moi-même.

Parce que ASOS a bien beau attribuer le terme taille+ à n’importe qui : à une taille 2 ou 56 – quand on est bien avec qui on est, on ne donne pas le pouvoir à une industrie de définir sa propre beauté.

À lire : 27 choses que j’ai apprises en 27 ans.

 

 

 

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tu veux avoir accès à du contenu exclusif?

Joins-toi à mon équipe et moi!

You have Successfully Subscribed!