Vous vous rappelez, la semaine dernière, lorsque je vous parlais sur Facebook que je me mettais au défi? C’était celui de me présenter dans un événement de Célibataires sans critères, à Québec. Mon but était de prouver que l’amour se trouvait à toutes les tailles.L’objectif des événements Célibataires sans critères est simple: durant la soirée proposée aux célibataires de tous les âges, il n’est pas permis de dévoiler son âge, sa profession ni combien ça fait de temps que t’es sur le marché du célibat. On rencontre les gens pour les bonnes raisons.

13686505_641419656015383_6745509669835862922_n

L’activité proposée était dans un IGA. (Qui n’a jamais jeté un regard furtif sur un beau gars à l’épicerie!?). Il y avait des kiosques de dégustation, puis aussi des jeux un peu partout dans l’épicerie. Limousines Marilou proposait des tours de limo speed dating.

Je pense que les gens s’arrêtent beaucoup à leur physique pour se permettre de tomber en amour. On se juge tellement sur son physique qu’on attire les gens qui se concentrent sur le nôtre. Ou bien, comment attirer une personne qui nous aime si on ne s’aime pas soi-même. On l’entend souvent, celle-là. Mais c’est bien vrai. C’est comme dire à l’autre: aime quelqu’un que je n’aime pas moi-même. Difficile. Je philosophe.

Je parais bien courageuse lorsqu’on voit les projets que je développe. Joëlle la femme persévérante, la femme de courage. Mais je vais vous avouer un petit secret: la Joëlle derrière son écran est INSÉCURE. Bien oui. Souvent, je remets en doute mes idées ou mes agissements. Même pire, je remets en doute mon image corporelle. Ces moments m’arrivent souvent lorsque je veux plaire et que je sais que le physique compte pour une partie prenante. Comme dans le dating. Comme dans ce genre d’événement.

À vrai dire, en vous prouvant que vous pouviez dater, je crois que c’est à moi aussi que je voulais le montrer. Étant célibataire depuis quelques années, je n’avais pas rencontré de gens avec qui ça cliquait depuis belle lurette. Juste avant de partir pour l’événement, j’étais remplie d’un sentiment de panique. Même que, une fois arrivée dans le stationnement, je ne voulais plus sortir de ma voiture. Et si j’étais la plus laide de la gang? Et si j’ennuyais les gens…. Et si on me trouvait GROSSE?

J’ai pris mon courage à deux mains. Je suis entrée!

J’étais là, seule, dans une allée quelconque. Clairement pas là pour m’acheter des chips. Je me sentais mise à nue, comme avec un gros écriteau dans le front: CÉLIBATAIRE. Salut, mon nom c’est Joëlle et je m’excuse d’être là. Je ne voulais pas ressentir cette pression que je me mettais de devoir plaire. Mais elle planait au dessus de ma tête. Je n’étais pas venue chercher une pinte de lait. C’est à ce moment que je voulais recevoir 1000 textos. Distrayez-moi de moi. Il faut remplir l’espace vide créée par mon malaise. Je ne veux pas avoir l’air d’une fille désespérée. Je veux avoir l’air de celle que j’ai l’air sur internet. En possession de mes moyens. Mais non. C’était juste moi. Pas d’écran pour me cacher. Pas de photos professionnelles prises en studio. Pas de glam. Dans quoi m’étais-je embarquée?

C’est quand je refoulais la syncope qu’elle est venue me voir, Mélanie, la responsable de l’événement. On s’était parlé au téléphone la veille. Elle savait que j’avais l’intention de bloguer sur sa soirée. Son sourire et elle m’ont prise par le bras. elle m’a présenté le premier gars à côté de moi, un français. La France et moi sommes allés faire un tour de speed dating limo. Salut, mon nom c’est Joëlle, la fille en possession de ses moyens.

Et c’est là, que je me suis mise à rationaliser. Non, je n’étais pas la plus laide. Non, je n’étais pas la plus grosse. À vrai dire, ce genre d’événement attire une grande diversité de genres et de physiques. J’avais de la conversation et de la répartie. La crise cardiaque a été évitée.

Dans la soirée, j’ai rencontré deux filles qui sont devenues mes amies. On a uni nos forces de célibataire pour trouver les bons concombres. On a ri.

Malgré tout, je n’avais toujours pas le courage d’aborder les hommes que je trouvais cute. Comme dans la vraie vie. Les filles m’ont finalement poussé à parler avec Marc. Il était beau. Mais j’ai été trop gênée pour lui donner mon numéro. Pourquoi? Je l’ignorais sur le coup.

Mais ça m’a frappé.

Dater, ce n’est pas une question de poids, mais de confiance en soi.

Célibataires sans critères

Crédit photo: Yves Laroche

Voir toutes les photos de l’événement ici.

Inscrivez-vous au prochain événement.

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tu veux avoir accès à du contenu exclusif?

Joins-toi à mon équipe et moi!

You have Successfully Subscribed!